Trouver une mutuelle en France : l’embarras du choix !

 

Masse de fournisseurs,  multitude de garanties, nuée d’intermédiaires … tout cela fait qu’il est difficile de s’y retrouver  pour les consommateurs.

Essayons d’y voir plus clair dans cette jungle.

Une masse de fournisseurs :

Regroupés en trois grandes catégories, il y a les mutuelles traditionnelles régies par le code de la mutualité, les compagnies d’assurances régies par le code des assurances et les institutions de prévoyance régies par le code de la sécurité sociale. Attention il y a des noms qui peuvent prêter à confusion comme certaines compagnies d’assurances qui utilisent le mot « mutuelle » dans leur libellé mais qui sont bien régies par le code des assurances.

Selon le rapport du fonds CMU publié en 2011, on dénombrait, pour l’année 2010 pas moins de 433 mutuelles, 34 compagnies d’assurances et 28 institutions de prévoyance participant à la CMU-C.

Une multitude de garanties :

Personne ne s’est hasardé à communiquer  un chiffre précis à ce sujet mais il en existerait au moins dix mille ! Elles oscillent entre la simple garantie hospitalière jusqu’à la garantie se rapprochant au plus près des frais réellement engagé. Il n’existe pas sur le marché une garantie couvrant les dépenses réellement engagées sur l’ensemble des postes.

Vu la conjoncture économique actuelle, les garanties qui sont les plus demandées sont des garanties socles ou basiques répondant aux minimum de critères imposés pour être éligibles au titre de « contrat responsable »

Sur mutuelle.com l’utilisation de notre comparateur de mutuelle santé facilite la tâche de l’internaute car il effectue première sélection   en fonction des besoins qu’il aura exprimés, tant au niveau de la couverture complémentaire santé que du budget mensuel qu’il veut y consacrer. A partir de ce premier tri, l’internaute pourra se faire conseiller par nos services avant de finaliser son choix.

Une nuée d’intermédiaires :

Du guichetier de la banque du coin, au conseiller sur internet basé en Afrique du nord pour certains, on trouve, bien qu’il s’agisse d’une profession règlementée, toute une pléiade d’intermédiaires.

Parmi eux nous retrouvons les conseillers mutualistes, les chargés de clientèle en assurance, les agents généraux d’assurances, les courtiers en assurances et leurs mandataires…

Lorsqu’une personne est démarchée à domicile, la première vérification  à faire est de demander à l’interlocuteur son attestation d’inscription à l’ORIAS. Ce document est obligatoire pour tout intermédiaire non salarié.

Tous les intermédiaires, qu’ils soient salariés ou non, doivent remplir devant le futur adhérent un questionnaire d’intermédiation appelé aussi formulaire de devoir de conseil. Ce document doit être établi en double exemplaires et signé par les 2 parties. (Un exemplaire doit être conservé par l’assuré)

S’il n’est pas imprimé au verso du bulletin d’adhésion, un exemplaire des conditions générales du contrat doit être remis à l’adhérent. Sur ce document doivent figurer obligatoirement les modalités pour faire valoir le droit à renonciation par l’assuré.

En cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter sur mutuelle.com, nous nous ferons un plaisir de vous conseiller afin que vous puissiez souscrire au contrat qui vous convient.

Visiter le site