Vous êtes ici : >

Voilà d’autres visites à faire en Guadeloupe

Velassaru Island, Maldives
15 Déc

Voyages

 

Le domaine de Vanibel est très complet concernant le patrimoine agricole de la Guadeloupe, il se trouve du côté de vieux habitants et vous pourrez découvrir la culture et la récolte du café, de la vanille qui a un arôme exceptionnel sur l’île et des bananes. Un visite guidée vous fera voir comment procéder pour chacun de ces cultures locales. Nous vous conseillons aussi le parc des Roches Gravées qui est un haut lieu du patrimoine caribéen, il comporte environ 230 gravures et il a été classé parc monument historique en 1974, il se trouve à Trois Rivières et c’est un des sites à ne pas manquer, roches gravées et parterres de fleurs font un amalgame réussit et magnifique.

Le Parc des Mamelles est un lieu très spécial, vous pourrez vous enfoncer dans la jungle tropicale, les Mamelles portent bien leurs noms car de loin ce sont deux grosses montagnes verdoyantes juste à côté l’une de l’autre en forme de mamelles.

C’est un coin de verdure exceptionnel, on peut y découvrir la faune et la flore des Antilles, quelques cascades, des ballades vous sont proposées avec des points de vue qui recouvre toute l’île, il faut y aller un jour où il fait très clair et avec de bonnes chaussures.

Le volcan en Guadeloupe :

Les guadeloupéens appelle le volcan de la Soufrière «La vieille dame» ou la «grande dame», en effet, c’est avec beaucoup de respect que les habitants de l’île en parle, ils là vénère, lui consacre des prières et là surveille de très prés. En effet, ce volcan est encore en activité, il se trouve sur Basse Terre, dans le parc national de ce même nom, et actuellement il est en état de repos éruptif. Si vous voulez allez à son sommet, c’est tout à fait possible mais une longue marche un peu caillouteuse et accidentée vous attend. Il suffit d’avoir de bonnes chaussures de marche, un sac à dos avec de l’eau car il fait très chaud et un peu de nourriture pour gravir ce volcan. Tout le monde peut y arriver, il suffit de respecter le sentier, de ne pas s’en éloigner et de regarder le météo avant de partir?

Si vous voulez faire l’ascension de le Soufrière, faites là le matin de bonne heure car c’est à ce moment là que la vue sera la meilleure, il est courant par la suite que les nuages viennent recouvrir le sommet et vous cachent toute la belle vue qui vous attend sur l’île. La Soufrière vous étonnera de part son bruit assourdissant quand vous arriverez au sommet, une épaisse buée blanche et odorante vous incommodera peut être, c’est le soufre. Outre le bruit surprenant, vous sentirez sous vos pieds la terre trembler, soyez très prudent car le terrain est glissant, ne franchissez pas les barrières qui ont été posées pour votre sécurité? A certaines périodes quand le volcan se met en colère, il est interdit d’y monter sous peine de vous brûler les yeux et les parties respiratoires.

La Soufrière, un volcan très surveillé :

Comme nous l’avons vu plus haut, il est possible de faire l’ascension du volcan en respectant bien les consignes de sécurité, la Soufrière est en effet très surveillée, la «vieille dame» peut s’avérer être très dangereuse et certaines de ces éruptions ont été mortelles. C’est le seul volcan actif de la Guadeloupe mais il fait partie d’une chaîne. En effet dans les petites Antilles il y a au total 9 volcans en activité le haut de la Soufrière se situe à 1467 mètres, c’est le plus haut sommet des Antilles, son sommet se constitue d’un dôme de lace hérissé de multiples aiguilles, il n’y a plus de végétation et on se croirait sur la lune. La dernière éruption de la Soufrière date de 1976, c’était une éruption phréatique qui a demandé l’évacuation de la capitale Basse Terre, pas de victimes mais 73 600 personnes ont du quitter leurs domiciles.

La Soufrière s’était transformée en cocotte minute, des tremblement de terre, des explosions ont effrayé toute la population. Des coulées de boue, des cendres, des gaz acides, de la vapeur d’eau et beaucoup de bruits ont duré plusieurs mois, les guadeloupéens se sont réfugiés à l’époque sur Grande Terre qui est hors d’atteinte su volcan. Heureusement, le volcan était surveillé depuis 1950 ce qui a évité une catastrophe sur la capitale en 1976. Aujourd’hui, à neuf kilomètres au nord de la Soufrière, on peut apercevoir un observatoire qui a vu le jour en 1989, des scientifiques y sont en permanence pour étudier chaque mouvement du volcan, c’est un des volcans le mieux surveillé.

Baignade dans les bains jaunes :

C’était il y a quelques années encore seulement les guadeloupéens qui profitaient des bains jaunes et quand un touriste s’y aventurait, il était très mal reçu et comprenait qu’il fallait quitter les lieux. Aujourd’hui, les touristes ont toute leur place et s’en donne à cœur joie. On pourrait appelé les Bains Jaunes un lieu de thermalisme, en effet, l’eau est chaude car elle descend directement du volcan. Lorsque la route s’arrête que vous pouvez poser votre voiture, les bains sont à seulement quelques mètres, c’est un grand bassin qui a été construit par les militaires dans les années 1887, au départ, il y avait une structure en dur qui n’excite plus de nos jours car avec l’éruption de le Soufrière en 1976, certaines modifications ont été faites, l’eau s’est refroidies laissant la place à une eau tiède et très agréable.

Le bassin fait environ 1 mètre de haut sur 6 mètres de large, l’eau n’est pas clair car très sulfureuse mais on s’y sent très bien dès les premières minutes. Cette eau presque miraculeuse a des vertus reposante, elle est très bonne pour les personnes qui ont des problèmes articulaires et on peut y voir des guadeloupéens avec des touristes qui discutent du pays. Si vous faites l’ascension de la Soufrière, le chemin part des Bains Jaunes, c’est un haut lieu touristique de la Guadeloupe, vous pourrez vous détendre en redescendant et plonger dans l’eau tiède du volcan. A côté des Bains Jaunes se trouve la maison du volcan qui n’est pas ouverte tout le temps et si vous avez la chance de pouvoir la visiter, vous comprendre pourquoi cette eau est tiède.

Visiter le site